Le crédit vendeur

Vous souhaitez acheter un fonds de commerce ou racheter des titres de société ?

Découvrez le crédit vendeur entreprise, un autre moyen de financer l’acquisition du fonds de commerce en complément du financement bancaire et de l’apport.

Qu’est-ce que le crédit vendeur ?

Il s’agit d’un complément de financement accordé sans intermédiaire entre le vendeur et l’acquéreur.

Le crédit vendeur est une technique de financement échelonnée englobant une partie du montant de la cession d’une entreprise lors de la signature de l’acte de vente.

Le crédit vendeur permet l**’acquisition d’un fonds de commerce** ou le rachat de titres de société.

En général, cette offre de paiement représente 30 % du prix de vente même s’il peut monter à 50 % maximum. Le restant peut être financé par un prêt professionnel.

Le crédit vendeur joue le rôle de facilitateur dans le processus de transmission d’entreprise, il aide à compléter le financement pour l’acquisition de l’entreprise.

Quels sont les avantages du crédit vendeur ?

Côté acquéreur

Plusieurs avantages s’offrent à lui lors du recours à un crédit vendeur :

Il peut financer l’achat en échelonnant le paiement : c’est une solution de financement souple.

Le crédit vendeur permet de diminuer le montant du prêt bancaire et facilite l’octroi de dossier.

L’obtention d’un prêt professionnel peut s’avérer difficile en fonction des critères des banques à respecter (capacité de financement, garanties à apporter, apport minimum). Un courtier professionnel sera indispensable pour vous guider vers la bonne réussite du projet. Avoir un courtier professionnel à ses côtés, c’est maximiser vos chances d’obtenir un prêt professionnel aux meilleures conditions en complément du crédit vendeur.

Une relation de confiance entre le cédant et le repreneur est indispensable pour la bonne transmission de l’entreprise et ainsi assurer sa pérennité.

Côté vendeur

Du côté du vendeur ou cédant, le crédit vendeur permet de :

  • Trouver plus facilement un acquéreur : c’est une solution pour faciliter la vente de son entreprise sans pour autant réduire le prix de vente
  • Sélectionner des candidats potentiels pour la revente sur les compétences requises pour reprendre l’entreprise

Cependant, l’inconvénient pour le vendeur est le paiement échelonné, il ne récupère pas la totalité du prix de la vente le jour de la signature de l’acte.

La prise de risque est un élément à considérer dans le cadre d’un crédit vendeur si le repreneur connaît des difficultés financières.

Quelles sont les modalités du crédit vendeur ?

Le crédit vendeur s’effectue généralement sur une courte durée de 1 à 7 ans sachant qu’une durée de remboursement trop courte peut accroître les charges et réduire la capacité de remboursement de l’entreprise. Les remboursements peuvent être soit mensualisés soit en différé total (au terme de la durée définie).

Pour sécuriser son financement, le cédant peut exiger les garanties suivantes :

  • Caution ou nantissement ou gage des autres biens personnels du repreneur.
  • Nantissement du fonds de commerce « en 2eme rang car la banque se positionnera en 1er rang ».

Le crédit vendeur doit être établi auprès d’un notaire pour sécuriser la transaction. Un acte notarié authentique sera rédigé et peut comporter des clauses, des garanties financières ou un cautionnement pour protéger le vendeur contre les risques d’impayés.

Cet acte doit comporter plusieurs éléments :

  • Le montant du crédit vendeur
  • Le taux d’intérêt (négocié entre les deux parties)
  • La durée
  • Les frais annexes